Non à l'initiative «Sortir du nucléaire»

SN_Non

De quoi s'agit-il?

L'initiative « Pour la sortie programmée de l'énergie nucléaire (Initiative ‹ Sortir du nucléaire ›) » veut interdire l'exploitation de centrales nucléaires en Suisse. Elle demande l'interdiction de construire de nouvelles centrales nucléaires, une durée maximale d'exploitation des installations existantes et un tournant énergétique fondé sur des mesures d'économie d'énergie, une hausse de l'efficience et les énergies renouvelables.

Le texte de l'initiative réclame que les centrales nucléaires suisses soient démantelées au bout de 45 années d'exploitation maximum. Cela voudrait dire que les centrales de Beznau I, Beznau II et Mühleberg devraient être stoppées en 2017, celle de Gösgen en 2024 et celle de Leibstadt en 2029. Cet arrêt pourrait être anticipé pour des raisons de sécurité.

L'initiative « Sortir du nucléaire » a été déposée par Les Verts le 16 novembre 2012 avec 107 533 signatures valides.
 

Arguments des adversaires:

  • NON aux pénuries d'électricité : sortir du nucléaire avec la stratégie énergétique 2050
    Le Parlement s'est déjà exprimé en faveur d'une sortie du nucléaire en 2011 et contre de nouvelles centrales nucléaires. La stratégie énergétique 2050 du Conseil fédéral poursuit le même objectif que l'initiative, avec une sortie ordonnée et planifiable. La stratégie énergétique mise sur l'augmentation de l'efficience énergétique, l'encouragement des énergies renouvelables et la diminution de la consommation d'énergie. Toutefois, elle renonce à des délais impératifs sur la durée d'exploitation des centrales nucléaires existantes. La stratégie énergétique prévoit une sortie progressive de l'énergie nucléaire. Cela permet une meilleure préparation de l'économie et des fournisseurs d'énergie, et garantit de fournir durablement l'énergie manquante.
     
  • NON à l'électricité étrangère des centrales à charbon, au gaz et nucléaires
    A l'heure actuelle, près de 40 pour cent de l'électricité utilisée en Suisse est issue de l'énergie nucléaire. Une fermeture précipitée des centrales nucléaires imposerait à la Suisse d'importer son électricité. Mais cette énergie importée n'est en aucun cas renouvelable. Elle provient souvent de centrales à charbon, au gaz ou de centrales nucléaires. Une date de sortie du nucléaire imposée aurait donc aussi des conséquences négatives au niveau écologique. Même en Allemagne, l'électricité manquante est compensée par de l'électricité provenant de centrales à charbon. Ce ne doit pas être le résultat du tournant énergétique, c'est une vue à trop court terme.
     
  • NON au diktat politique : une sortie progressive en toute sécurité
    Les centrales nucléaires ne doivent pas être stoppées sur une décision politique, mais une fois qu'elles ne remplissent plus les conditions de sécurité. Les centrales nucléaires suisses font partie des plus sûres du monde, et elles sont soumises à des consignes de sécurité strictes. Leur équipement doit être complété en permanence, et répondre aux standards de sécurité les plus élevés.
     
  • NON aux milliards de dommages-intérêts
    La limitation de la durée d'exploitation reviendrait à exproprier les exploitants de centrales nucléaires, donc à changer les règles du jeu convenues jusqu'à présent. Actuellement, une centrale nucléaire peut rester raccordée au réseau jusqu'à la fin de sa durée d'exploitation en toute sécurité. Les exploitants pourraient se retourner contre la Confédération et réclamer de forts dommages-intérêts pour les années sans exploitation. En 1989 déjà, la Confédération a versé 350 millions de francs de dommages-intérêts pour avoir renoncé à construire la centrale nucléaire de Kaiseraugst. De l'argent tout droit sorti du porte-monnaie des citoyens.

 

Recommandation

  • Au Conseil national, l'initiative a été refusée par 134 voix contre 59, et 2 abstentions.
  • Au Conseil des États, l'initiative a été rejetée par 32 voix contre 13.
  • Le Groupe PDC a refusé l'initiative à l'unanimité, au Conseil national et au Conseil des États.
  • La présidence du PDC recommande à l'unanimité de rejeter l'initiative.