Politique de migration

L’ouverture constitue une force de la Suisse. Au niveau fédéral, l’engagement du PDC vise à mettre en œuvre une politique de migration constructive. Ses efforts portent avant tout sur l’amélioration de l’intégration des personnes issues de l’immigration ainsi que sur une lutte rigoureuse contre les abus.

Cela contribue à préserver la sécurité et la cohésion de la Suisse. Par ailleurs, le PDC met tout en œuvre pour renforcer l’engagement de la Suisse dans les pays d’origine des demandeurs d’asile. Le fait d’améliorer la situation sur place permet d’endiguer les flux migratoires.

Grâce au PDC

  • la loi sur l’asile a été révisée. Il en résultera un raccourcissement des procédures, une augmentation de la sécurité et un soulagement des cantons. La Suisse devient moins attrayante pour les réfugiés économiques et peut se concentrer sur la protection des véritables réfugiés. La Suisse peut ainsi satisfaire à sa tradition humanitaire.
  • les personnes à protéger ou persécutées obtiennent l’asile.
  • la politique d’asile de la Suisse est coordonnée avec celle de l’UE (Schengen-Dublin).
  • la loi sur la nationalité a été améliorée. Elle garantit que seules des personnes bien intégrées soient naturalisées. La naturalisation doit être l’aboutissement d’une intégration réussie.
  • les criminels étrangers pourront être expulsés, tout en respectant les traités internationaux.

A l’avenir, le PDC veut

  • une politique migratoire constructive qui tienne suffisamment compte des intérêts économiques, sociétaux, sociaux et culturels de notre pays.
  • maintenir la tradition humanitaire de la Suisse et garantir la protection des personnes menacées dans leur pays.
  • lutter efficacement contre les abus en matière d’asile et d’immigration. Les migrants économiques ne doivent pas pouvoir obtenir l’asile en Suisse et doivent être renvoyé au plus vite dans leur pays d’origine.
  • faire pression au niveau européen pour que l’accord Schengen/Dublin soit appliqué de manière conséquente.
  • mettre en œuvre l’initiative contre l’immigration de masse de manière conséquente tout en préservant la voie bilatérale avec l’UE.
  • continuer de promouvoir et d’exiger l’intégration par des mesures ciblées. Les connaissances d’une langue nationale, les conventions d’intégration et le respect de l’état de droit sont des éléments centraux d’une intégration réussie.
  • renforcer la coopération internationale en matière d’immigration, en particulier lorsque la gestion de la migration ou la lutte contre les abus peuvent être améliorés.