25.11.2020 Communiqués Assurances sociales 2. Säule

Aussi plus de justice intergénérationnelle dans le 2e pilier

Le Conseil fédéral a adopté aujourd'hui son message, attendu depuis longtemps, sur la révision de la LPP. Après un processus de consultation très controversé, il s’appuie toujours sur la proposition des partenaires sociaux. Le PDC juge nécessaire depuis longtemps une réforme de la prévoyance vieillesse, tant de l'AVS que de la prévoyance professionnelle, dans le deuxième pilier. Notre prospérité et la solidarité dans notre société doivent pouvoir reposer sur des assurances sociales qui fonctionnent bien. Le PDC s’engagera pour que la révision de la LPP progresse enfin au Parlement. Il est important de pouvoir maintenir le niveau des rentes dans le deuxième pilier et garantir une prévoyance vieillesse sûre aux générations futures.

Le conseiller aux États jurassien et vice-président du PDC suisse, Charles Juillard résume la position du PDC : « La réforme du deuxième pilier doit viser à sécuriser la prévoyance vieillesse professionnelle, renforcer son financement et améliorer la protection des employé-e-s à temps partiel, en particulier les femmes ». Et le conseiller national valaisan Benjamin Roduit d’ajouter : « La justice intergénérationnelle est essentielle. Nous voulons maintenir le contrat entre les générations, pour que chacune et chacun puisse compter à l’avenir sur une retraite stable et sûre. Il est donc nécessaire de garantir une meilleure répartition des charges entre les jeunes et les personnes âgées ».

Un amortissement financier pour la génération de transition au travers des caisses de pension et du fonds de garantie

Le complément de rente générale prévu par le Conseil fédéral entraîne précisément une telle redistribution. Il veut que ce supplément soit financé au travers des cotisations supplémentaires des salariés et des employeurs à hauteur de 5 % du revenu soumis à l’AVS. C’est la raison pour laquelle le PDC rejette le financement du complément de rente tel que proposé par la Conseil fédéral dans sa proposition. La nécessité d’un amortissement financier pour une génération de transition clairement définie est toutefois nécessaire.

Différentes options sont envisageables et doivent être examinées pour son financement comme par exemple celui des versements extraordinaires de la BNS, comme ceux de 2020 et 2021. Le Fonds de garantie pourrait être utilisé pour soutenir les caisses de pension qui ne sont pas en mesure d'assurer elles-mêmes cette compensation. 

La révision de la LPP doit enfin réussir et ne pas être renvoyée aux calendes grecques

Le PDC soutient l’orientation prise dans le message du Conseil fédéral. Nous saluons notamment que le seuil d'entrée soit maintenu à 21'330 francs. Nous voulons cependant que l’ensemble des temps partiels soit désormais additionnés. C’est une mesure d’adaptation importante à la réalité du monde du travail, en particulier celle de nombreuses femmes et de jeunes. Le PDC est aussi favorable à la réduction de la déduction de coordination pour permettre aux bas revenus de constituer une prévoyance vieillesse suffisante. En outre, pour le PDC la réduction à 6 % du taux de conversion est inévitable. 

Il doit être possible de pouvoir épargner plus tôt pour garantir à l’avenir nos retraites. Le PDC veut baisser de 25 à 20 ans les contributions d’épargne. Dans le même temps, les taux de cotisations à travers toutes les générations doivent être aplatis de manière à maintenir, voire idéalement accroître l’attractivité de toutes et tous les employés sur le marché du travail. 

Vous trouverez ici la réponse complète du PDC à la consultation.

Contact

Auteur

PDC suisse

Text Secrétariat général

E-Mail

Adresse

Hirschengraben 9
Postfach
3001 Bern