20.11.2018 / Communiqués / Sécurité sociale / Gesundheitskosten

Secteur de la santé : seul un frein aux coûts empêchera la débâcle financière

Les mesures de réduction des coûts prises jusqu'à présent ne suffisent pas et ne suffiront. Les prévisions actuelles du Centre de recherches conjoncturelles de l’ETH Zurich (KOF) ne sont pas optimistes pour les payeurs de prime : les coûts de la santé continueront d’augmenter de 4 % environ par an jusqu’en 2020. Ces chiffres sont alarmants. Toutes les parties prenantes doivent prendre conscience que seul un frein aux coûts dans le domaine de la santé évitera une débâcle financière.

En 2018, les dépenses dans le domaine de la santé augmenteront de 3,8 %. Cette tendance se poursuit au même rythme depuis des années et se poursuivra dans le futur. Les salaires et l'économie ne peuvent pas suivre le rythme de la croissance infernale des coûts. Les prévisions actuelles du KOF vont dans le même sens : les coûts de la santé augmenteront à nouveau d'environ
4 % en 2019 et 2020, même en tenant compte des mesures d'économie prévues par le Conseil fédéral.

Malgré les économies réalisées grâce à l'intervention du Conseil fédéral dans le TARMED, la révision triennale du prix des médicaments ou le principe des soins ambulatoires avant les soins stationnaires, aucune réduction des coûts n’est constatée. Les coûts de la santé se montaient encore à près de 80 milliards de francs en 2016. Ils atteindront les 93 milliards de francs en 2020 !

Face à la défaillance du système un seul remède : l’initiative pour un frein aux coûts de la santé

Les tentatives précédentes visant à réduire les coûts des soins de santé ont toutes échoué au Parlement ou dans les urnes. Le rapport d’experts du Conseil fédéral a posé sur le papier ce qui doit être fait. Mais la mise en œuvre par le Conseil fédéral traîne en longueur, ce qui aggrave encore plus la situation. Ce sont les familles et la classe moyenne qui paient le prix de l’augmentation des coûts de la santé au travers de primes élevées.

Dans le même temps, il est possible déjà aujourd’hui d’éviter des coûts inutiles. 6 milliards de francs qui pourraient être économisés sont jetés chaque année inutilement par la fenêtre. La raison en sont les mauvaises incitations qui n’encouragent pas les différents acteurs à vouloir économiser.

C'est la raison pour laquelle le PDC a lancé l'initiative pour un frein aux coûts de la santé. Le frein aux coûts oblige la Confédération et les cantons à prendre des mesures d’économie, dès que les coûts de la santé augmentent plus vite que les revenus. Pour le président du PDC suisse, Gerhard Pfister : « Aussi longtemps que les acteurs eux-mêmes n’éliminent pas les mauvaises incitations présentes dans le système, le secteur de la santé est sur la voie de la débâcle financière. Et c’est la raison pour laquelle le frein aux coûts de la santé est nécessaire. Il amènera les différents acteurs à réaliser le potentiel d’économies sans perte de qualité des soins ».

Contact

Auteur

PDC suisse

Text Secrétariat général

E-Mail

Adresse

Hirschengraben 9
Postfach
3001 Bern