29.06.2018 / Articles / Le PDC / coûts de la santé

In puncto… On récolte ce que l’on sème

On récolte ce que l’on sème. C’est ce qui m’est venu à l’esprit en lisant différents sondages sur les préoccupations de la population suisse et sur l’initiative du PDC.

L'augmentation constante des coûts dans la santé est un problème. Reste à mesurer comment il est perçu au sein de la population. Une enquête commandée et financée par Interpharma arrive à la conclusion, certes réjouissante pour l’association, mais peu surprenante pour les non-initiés que les coûts de la santé ne sont pas un problème urgent aux yeux de la population et que l’initiative du PDC pour un frein aux coûts de la santé n’est pas soutenue, y compris pas au sein de sa propre base. Rien d'étonnant. Le sondage sème la crainte sur de possibles mesures de rationnement sans évoquer le potentiel d’épargne de 6 milliards qui n’aurait aucune conséquence sur la qualité des soins.

D'autres enquêtes donnent à l'initiative du PDC un soutien de 70 % de la population et un soutien encore plus large au sein de sa base. Et ces mêmes sondages arrivent à la conclusion que l’évolution des coûts de la santé et la charge financière des primes d’assurance-maladie représente le plus grand problème aux yeux de beaucoup de Suissesses et de Suisses.

Les sondages, qu'ils soient commandés ou non, se rejoignent sur un point : les questions et les thèmes lancés par le PDC sont pertinent et incontournables. Et nous continuerons à le faire. Parce que les seules réponses qui comptent dans notre démocratie directe sont celles données par le peuple lors de votations populaires. Parce que le PDC est le seul parti bourgeois qui fait des propositions pour réformer le système de santé. Nous avons des solutions aux problèmes de la population. Les autres partis créent de toutes pièces des problèmes qu’ils peuvent ensuite exploiter politiquement.