07.02.2018 / Communiqués / Le PDC / Delegiertenversammlung, No Billag, Abstimmungen, Doris Leuthard, Vollgeld

Le PDC dit clairement NON à "No Billag" et soutient un service public médiatique fort

Le PDC se bat pour un service public fort, en particulier dans le domaine de la radio et de la télévision. Les délégués ont aujourd’hui rejeté à une écrasante majorité l’initiative "No Billag". Ils ont également dit clairement Non à l’initiative « Monnaie pleine ». Le président du PDC suisse, Gerhard Pfister, a réaffirmé la volonté du PDC d’alléger le fardeau des primes d’assurance maladie et de lancer cette année une initiative populaire proposant un frein aux coûts dans le domaine de la santé publique.

La discussion sur No Billag a été un point fort de l’assemblée des délégués, à laquelle ont participé  plus de 300 personnes. Le conseiller national fribourgeois et président du Conseil national Dominique de Buman a souligné la valeur du service public médiatique : « La commercialisation du paysage médiatique suisse donnerait plus de pouvoir, sur le marché suisse des médias, aux investisseurs disposant de gros moyens financiers pour imposer leurs propres intérêts ». Les délégués du PDC suisse ont donné un signal clair en rejetant à une écrasante majorité l’initiative « No Billag ». Le PDC dit également clairement Non à l’initiative « Monnaie pleine ». Les délégués ont refusé cette initiative dont les conséquences exposent notre pays à des risques imprévisibles. La veille le comité du parti a approuvé à l’unanimité le nouveau régime financier 2021. 

La Suisse est construite sur le principe de solidarité 


La conseillère fédérale PDC Doris Leuthard a lancé un appel aux délégués présents à Berne : « Sans équilibre entre les deux partis situés aux pôles de l'échiquier politique, la Suisse se désagrégerait ». Elle leur a demandé de passer à l’offensive dans les cantons et de porter activement la politique du PDC : « Nous avons besoin de vous. Par votre engagement, vous contribuez à ce que la Suisse ne se désagrège pas ». 
 

L’initiative pour la limitation des coûts de la santé est prévue à l'automne  


Dans son discours, le président du PDC suisse Gerhard Pfister, a mis l'accent sur les valeurs démocrates-chrétiennes : « Le PDC est le seul parti qui relie la liberté à la solidarité. Le PDC crée l’équilibre entre la prospérité et la justice. Les démocrates-chrétiens défendent l’ouverture et la souveraineté ». Face à l’augmentation des coûts de la santé qui est insupportable pour la classe moyenne, le PDC lancera cet automne son initiative populaire pour un frein aux coûts de la santé dans le domaine de la santé publique.

Gerhard Pfister a également exposé de manière claire la politique européenne démocrate-chrétienne : le PDC soutient la voie bilatérale avec l’UE et privilégie une solution d’arbitrage sur la base du modèle de la Cour de justice de l’AELE ou de tribunal arbitral, où les intérêts de la Suisse sont garantis par la présence d’un juge suisse. Le PDC rejette clairement la nouvelle initiative de l’UDC, hostile à l’économie, visant à résilier la libre circulation. Dans son discours programmatique, Gerhard Pfister a demandé, au nom du PDC suisse, une réforme rapide et équilibrée de la prévoyance vieillesse. Le PDC soutiendra uniquement un projet équilibré. Sur le Projet fiscal 17, le président du PDC suisse a insisté sur la nécessité d’un juste équilibre entre les intérêts de l’économie et ceux de la politique familiale : « Nous ne nous laisserons plus mener en bateau pour ce qui touche à la politique familiale et la pénalisation du mariage. Les mesures concrètes se font attendre ».

PDC. Le trait d'union 

Contact

Auteur

PDC suisse

Text Secrétariat général

E-Mail

Adresse

Hirschengraben 9
Postfach
3001 Bern