26.09.2017 / News du groupe / Le PDC /

Rejet de l’initiative populaire « monnaie pleine »

Le groupe PDC a discuté aujourd’hui des conséquences du rejet de la réforme de la Prévoyance vieillesse 2020 et a discuté des axes pour une réforme consensuelle de la prévoyance vieillesse. Le groupe PDC s’est également exprimé sans voix contraire contre l’initiative pour une monnaie pleine. La majorité du groupe PDC soutient l’introduction de l’échange automatique de renseignements relatifs aux comptes financiers avec 41 Etats et territoires.

Discussions sur la prévoyance vieillesse

Le groupe PDC a discuté du rejet par le peuple de la réforme de la Prévoyance vieillesse 2020. Une réforme est indispensable. Le financement de l'AVS n'est plus garanti. Il est donc nécessaire de proposer, encore au cours de cette législature, un projet qui puisse être soumis au peuple. Le groupe PDC a discuté des axes pour une réforme pour une réforme consensuelle de la prévoyance vieillesse :

  • maintien du niveau des rentes dans les deux piliers
  • financement garanti de l’AVS jusqu’à minimum 2035
  • adaptation du taux de conversion dans le deuxième pilier
  • harmonisation et flexibilisation de l’âge de la retraite pour femmes et hommes avec des mesures de compensation.

Un échange d’informations qui doit être réfléchi

Le groupe PDC a traité le dossier de l’introduction dès 2018/2019 de l’échange automatique de renseignements (EAR) relatifs aux comptes financiers avec 41 Etats et territoires. L’accent a été mis dans les discussions sur la protection des données et sur les principes de spécialité et de réciprocité. La majorité du groupe PDC soutient l’introduction de l’EAR avec 41 pays partenaires. Néanmoins, il est tout d’abord primordial d’acquérir de l’expérience dans ce domaine. La Suisse doit baser son action sur celle des places financières concurrentes.

Rejet de l’initiative monnaie pleine

L’initiative populaire « Pour une émission monétaire uniquement par la Banque nationale ! » veut transférer à la Banque nationale suisse (BNS) le monopole de la création monétaire. Les banques commerciales ne pourraient ainsi plus octroyer de crédits financés par des dépôts à vue. Dans le même temps, l'initiative prévoit aussi que la BNS crée de la monnaie « sans dette ». Elle transfèrerait ainsi directement de l’argent à la Confédération, aux cantons et aux citoyens, sans contrepartie en termes de valeurs patrimoniales comme c’est le cas aujourd’hui. Cela limite, d’une part, la capacité d’agir de la BNS dans le domaine de la stabilisation monétaire et la soumet, d’autre part, à une pression politique accrue. Le groupe PDC s’engage pour une BNS indépendante, la seule voie pour mener une politique monétaire crédible et efficace. Le groupe PDC veut la stabilisation durable de la place financière suisse et refuse de la mettre en péril par une refonte complète de notre système monétaire. Le groupe PDC rejette sans voix contraire cette initiative qui nuit à la place économique et financière helvétique.

Contact