01.09.2017 / Articles / Le PDC / PDC2025, in puncto

in puncto ... PDC2025

Stagner, c’est régresser : il en va de même en politique, véritable reflet de la vie réelle. Cela vaut donc également pour les partis : celui qui veut préserver, conserver ce qui fonctionne doit pouvoir faire face aux changements.

Le week-end dernier à Genève, nous avons voté le cadre de la stratégie à adopter pour les années à venir, ainsi que la ligne directrice décrivant le cadre thématique de notre politique. Avec une claire majorité à chaque fois. Une seule voix s’est opposée lors de la conférence de base, et, lors du congrès du parti, les quelque 600 délégués ont voté avec une majorité de près de 550 voix, contre 30 (vote à main levée sans décompte, comme c'est la coutume lors de nos congrès du parti).

Je saisis l’occasion qui m'est donnée ici pour remercier toutes celles et ceux qui se sont impliqué-e-s pendant le processus. Les discussions à Genève ont été vivantes et multiples. Il est normal que tout le monde ne puisse être d’accord avec l’ensemble des termes, des formulations ou des virgules utilisées. C'est l’essence même d’un véritable parti populaire comme le PDC. Vous trouverez les décisions du Congrès sur notre site Internet. Je ne veux pas y revenir dans cette tribune : je souhaite plutôt vous faire part de mes différentes impressions relatives au congrès du parti.

Avant le congrès du parti, nous avons susciter un grand intérêt auprès des médias. Le PDC a rarement fait l’objet d’une telle attention ! Voilà qui est réjouissant ! Certains journalistes ont été prompts à émettre des jugements. Je m'attendais à les voir et les rencontrer lors du congrès du parti. C’était, après tout, l’occasion idéale de poursuivre leur quête de la vérité et d’assouvir leur soif de clarté, de transparence et d’information de première main. Hélas ! La plupart des journalistes critiques de Suisse alémanique ne se sont pas montrés. S’ils avaient assisté au congrès, ils auraient pu constater que le PDC compose beaucoup mieux avec des avis qui diffèrent qu’ils ne le laissaient entendre. Et que les décisions étaient plus tranchées qu’ils ne l'avaient prédit.

Après la manifestation, un délégué de Suisse alémanique m’a dit combien il était impressionné par la manière vivante et respectueuse dont les débats avaient été menés. Il a notamment été positivement marqué par les jeunes oratrices et orateurs de Genève, même s’il ne partageait pas leurs opinions.

Le nombre si élevé de participants au programme de la soirée du vendredi précédent le congrès, qui proposait une table ronde avec la Présidente de la Confédération, Doris Leuthard, et Peter Maurer, le Président du Comité international de la Croix-Rouge, suivie d’un dîner dans un magnifique restaurant de Genève, nous a malheureusement contraints à refuser du monde. Et jamais avec autant de membres du Groupe parlementaire. 

L’édition 2017 du Congrès estival du parti fut un très grand succès. Je tiens à remercier chaleureusement le PDC Genève pour l’excellence de son organisation. Nos collaborateurs du secrétariat général ont également fourni un travail énorme et remarquable. Un grand merci à eux !

La première étape s’est achevée avec succès. Le vrai travail ne fait que commencer. Si vous vous engagez avec nous sur cette voie, merci beaucoup ! Car nous le savons tous : stagner, c'est régresser. Un fort attachement aux valeurs et une approche sociale, ça, c’est l’avenir !