06.07.2017 / Communiqués / Sécurité sociale / AVS, Réforme prévoyance vieillesse

Joyeux anniversaire à l’AVS !

Il y a 70 ans l’électorat suisse disait OUI à l’introduction de l’assurance-vieillesse et survivants (AVS). 70 ans plus tard, l’assurance sociale la plus importante du pays risque de se retrouver en grande difficulté et nécessite urgemment une réforme efficace des retraites.

Les citoyens masculins ont été appelés le 6 juillet 1947 à voter sur l’introduction de l’assurance-vieillesse et survivants (AVS). 80 % des citoyens ont dit Oui à la nouvelle loi fédérale et ce avec une participation impressionnante de plus de 79 %. Six mois plus tard les premières rentes étaient versées.

70 ans plus tard la situation de l’assurance sociale la plus importante du pays est critique. Dix révisions de l’AVS ont été menées entre 1947 et 1995. Elles ont toutes échoué. Nous avons la chance de vivre aujourd’hui en moyenne huit années de plus qu’en 1947 et le nombre de retraité-e-s augmente. En raison de la situation financière actuelle, le déficit dans l’AVS s’accroît chaque année. Sans réforme, le déficit cumulé dans le fonds AVS se montera en 2030 à près de 40 milliards de francs et en 2035 à près de 90 milliards de francs. L’AVS ne serait alors plus en situation de pouvoir verser toutes les rentes en cours.

Le déséquilibre existe aussi dans le 2ème pilier

En raison du niveau élevé du taux de conversion, les actifs versent aujourd’hui un montant de 1.3 milliard aux actuels rentiers. Cette redistribution qui se chiffre en milliards continue de s’aggraver. Le 2ème pilier est lui aussi en situation de déséquilibre, ce qui menace également la stabilité de la prévoyance vieillesse. Avec la réforme des retraites, le taux de conversion pour la partie obligatoire de la prévoyance professionnelle sera ramené de 6.8 % à 6 %. Cette redistribution inéquitable sera ainsi fortement réduite.

Mais la baisse du taux de conversion s’accompagne d’une diminution des rentes. La réforme des retraites compense cette diminution par des mesures dans le second pilier, par l’augmentation mensuelle de 70 francs des rentes AVS et par le relèvement du plafond des rentes AVS pour les couples mariés de 150 à 155 %. Le niveau des retraites est ainsi garanti. L’augmentation de ce plafond est en plus un pas important vers la suppression dans l’AVS de la pénalisation du mariage, un engagement que le PDC mène depuis des années.

Tous nos vœux pour les 70 prochaines années

Pour Thérèse Meyer-Kaelin, ancienne conseillère nationale PDC fribourgeoise et présidente du Conseil national qui s’est fait un nom sur la scène nationale dans le domaine de la politique sociale et qui aura 70 ans l'année prochaine : «L'instauration des retraites est presque aussi jeune que moi. Je souhaite mes meilleurs vœux à cet acquis précieux dans le domaine des assurances sociales pour les prochaines 70 années.» Elle ajoute : «Il y a 70 ans, les hommes suisses ont eu le courage et la clairvoyance de créer l’AVS. Pour que le bien-être continue, le 24 septembre les femmes et les hommes ensemble doivent dire Oui à l’AVS.»

Le PDC veut que l’AVS puisse aussi garantir, au cours des prochaines 70 années, les retraites des générations futures. Le Réforme de la prévoyance vieillesse 2020 est un premier pas important dans cette direction. Le 24 septembre prochain Oui à la réforme des retraites !

Contact

Auteur

PDC suisse

Text Secrétariat général

E-Mail

Adresse

Hirschengraben 9
Postfach
3001 Bern