04.05.2017 / Articles / Environnement et énergie / Stratégie énergétique 2050, approvisionnement énergétique, centrales nucléaires suisses, Politique énergétique, énergie renouvelable

Souverain et indépendant ? Pas en ce qui concerne l’énergie

La Suisse est fière de son indépendance et de sa puissance économique. Notre pays repose sur des fondements économiques solides et sait agir souverainement également en période de crise politique sur le plan international. C’est ainsi que nous voyons notre pays et c’est ce que nous souhaitons.

Loin de moi l’idée de vouloir écorner cette image positive, mais force est de constater que l’approvisionnement énergétique de la Suisse n’est pas marqué du sceau de sagesse et de la souveraineté. La Suisse importe chaque année de l’énergie à hauteur de plus de dix milliards de francs. Nous dépendons de plus de 75 % des sources d’énergie importées dont plus de 65 % issues du fossile. Nous chauffons au mazout, conduisons à l’essence et au diesel et produisons de l’électricité à partir de l’uranium. Cette situation est inacceptable d’un point de vue économique, climatique et stratégique.

Démanteler les centrales nucléaires au terme de leur existence

Nous devons sortir de cette situation et mener une transition complète vers un approvisionnement énergétique sûr (pour garantir la sécurité d’approvisionnement et faire face aux risques environnementaux), propre (en particulier en ce qui concerne les objectifs climatiques), si possible indigène et financièrement abordable. Jusqu’à ce jour, la seule voie vers cet avenir énergétique est la Stratégie énergétique 2050.

La question la plus discutée dans la politique énergétique est celle de la sortie du nucléaire. Pourtant, ce qui doit être fait est clair : la construction de nouvelles centrales nucléaires en Suisse n’est ni politiquement réalisable, ni économiquement judicieuse. Nous n’avons donc pas d’autre choix que celui de démanteler les centrales nucléaires au terme de leur existence pour des raisons de sécurité et, dans l’intervalle, les remplacer par les nouvelles énergies renouvelables. La situation est tellement claire que seuls les idéologues se disputent encore sur la question du nucléaire.

Voter sur un objet tourné vers l’avenir et équilibré

Le PDC est tourné vers l’avenir. Dès le début, nous avons participé au développement de la Stratégie énergétique 2050 qui est portée par la présidente de la Confédération Doris Leuthard. Nous l’avons fait au Conseil national et au Conseil des États. Nous avons réagi de manière rapide et efficace à l’effondrement des prix dans le secteur de l’électricité en accordant un soutien à l’hydraulique. Et nous avons tenu compte des préoccupations des milieux économiques avec la limitation dans le temps des mesures d’encouragement. Au bout du compte, nous nous allons voter sur un objet tourné vers l’avenir et équilibré.

Mobilisez les citoyennes et les citoyens pour un soutien massif à la Stratégie énergétique 2050 le 21 mai prochain dans les urnes. Pour que l’argent reste ici, dans une Suisse indépendante et forte.