17.04.2017 / Articles / Environnement et énergie / Stratégie énergétique 2050, communes, Photovoltaïque, Tournant énergétique, énergie renouvelable

« Herbetswil est en avance sur la stratégie énergétique »

Le tournant énergétique est déjà en cours dans beaucoup de communes, dit le président de Herbetswil (SO) et conseiller national PDC Stefan Müller-Altermatt. Un OUI à la stratégie énergétique accélérerait encore le processus.

Monsieur Müller-Altermatt, vous n’êtes pas seulement conseiller national, mais aussi président de la commune. Qu’est-ce qu’un OUI à la stratégie énergétique apporterait à votre commune de Herbetswil ?

Herbetswil est bien en avance sur la stratégie énergétique, nous avons déjà beaucoup fait. Sur le toit de la mairie, il y a une installation photovoltaïque, nous mettons sur pied un circuit commun – il y a longtemps que le tournant énergétique est en cours chez nous.

Seront donc récompensés ceux qui n’ont rien fait jusqu’ici ?

Non, car nous aussi profiterons de subventions qui ne nous étaient pas ouvertes jusqu‘ici – avec l’installation photovoltaïque, nous sommes sur la liste d’attente pour les moyens RPC. Avec la stratégie énergétique, les choses iraient en n plus vite, même dans les communes qui jusqu’ici n’ont pas fait grand-chose. Les contributions pour le photovoltaïque augmenteront de 40 % de 1,5 à 2,3 centimes, et pour le programme bâtiments il y aura 50 % d’argent en plus, 450 au lieu de 300 millions.

Les partisans promettent davantage de valeur ajoutée locale, des commandes pour l’industrie locale. Mais comment ceci pourra-t-il se faire si nous devons importer de l’étranger la plupart des composants pour la production d’énergies renouvelables ?

Cette objection reflète une focalisation centrée sur l’électricité. Pour notre circuit commun par exemple, nous n’utilisons que du bois indigène. Et pour l’augmentation de l’efficience, surtout pour l’enveloppe du bâtiment et les installations techniques, l’industrie locale jouera clairement un rôle.

Aux heures de pointe, nous devons acheter de l’électricité à l’étranger. Cela ne sert pas non plus l’économie locale.

Sans stratégie énergétique et ainsi sans énergies renouvelables supplémentaires, nous devrons importer encore plus d’électricité de l’étranger ! Il n’y a pas encore d’alternative : de nouvelles centrales nucléaires ne sont pas réalistes en Suisse. Au fond, il s’agit de savoir si nous voulons produire en Suisse, ou alors nous dépendrons encore davantage de l’étranger.

Les adversaires critiquent que la stratégie énergétique gonfle un « mécanisme de subventions » et fait augmenter les prix de l’électricité pour les entreprises et la population.

Mais nous avons bloqué le mécanisme de subventions, comme l’appellent les adversaires, puisque la rétribution à prix coûtant (RPC) n’est accordée que pour cinq ans. En cas de NON à la stratégie énergétique, il n’y aura pas de limitation dans le temps. Puis, les adversaires exagèrent les coûts à outrance. Les ménages ne paieront que 40 francs de plus par an.

Bon nombre de communes travaillent déjà à un avenir énergétique durable, par exemple les plus de 400 communes ayant le label Cité de l’énergie. Qu’est-ce qu’un OUI peut apporter à ces communes le 21 mai ?

En premier lieu sûrement une confirmation qu’elles sont sur le bon chemin. La Confédération est en tête, les communes collaborent: ce soutien motive aussi les citoyennes et les citoyens. C’est une politique cohérente à tous les échelons étatiques. Même ces cités peuvent avoir besoin de soutien. La certification n’est pas quelque chose de statique, mais un processus continu.

Quel sera l’approvisionnement en énergie de Herbetswil en 2050?

En 2050, il n’y aura plus de courant d’origine nucléaire, une grande partie des bâtiments sera chauffée avec du bois provenant des forêts de la région, et l’électricité arrivera sur les toits par le soleil, stockée en été pour l’hiver.

Comment sera-t-elle stockée ?

Comme nous n’avons pas de réseau de gaz, elle sera probable- ment stockée dans des batteries. La technologie Power-to-Gas serait naturellement très intéressante, mais le système convient plutôt aux villes. Pour une petite commune comme Herbetswil, l’autarcie énergétique n’est guère un but. Mais ce qui est important, c’est que l’argent reste dans la région et n’aille pas dans les pays arabes comme c’est le cas aujourd’hui.

Interview de Denise Lachat parue dans le magazine Commune Suisse 4/2017