04.04.2017 / Articles / Environnement et énergie / PDC Genève, Agriculture, Biodiversité

2017: année de l’agriculture et nature pour le canton de Genève

Chaque année, les surfaces agricoles diminuent au profit de l’urbanisation, les ressources naturelles se raréfient, le tout dans un contexte économique difficile notamment lié au tourisme d’achat. Pour faire face à ces défis d’envergure, le canton de Genève répond aujourd’hui avec une vision concertée, des investissements importants et des actions concrètes.

Tout d'abord, il m'est essentiel que l’agriculture genevoise dispose d’une vision cohérente et d'une assise durable. Aussi, le département dont j'ai la charge et "AgriGenève" (association faîtière de l´agriculture genevoise) mènent ensemble des travaux stratégiques qui visent à identifier les axes de la future politique agricole. Ce projet, intitulé « Agriculture 2030 » permet de développer une vision commune forte pour l’avenir de l’agriculture genevoise. Il en est de même pour la stratégie « biodiversité 2030 » : cet outil innovant vise à maintenir durablement le poumon vert et la diversité des paysages naturels qui font la richesse de notre canton.

Maintenir la qualité de nos campagnes et de notre nature

biodSoucieux de la qualité des produits locaux, mon département a constitué un groupe de travail chargé de proposer des solutions à l'utilisation des produits phytosanitaire en agriculture. La démarche consiste à réunir tous les acteurs locaux concernés autour de la table, afin d'obtenir des résultats qui correspondent aux terres genevoises. Nous voulons maintenir la qualité de nos campagnes et de notre nature, pour continuer à offrir à la population un bon cadre de vie et une production agricole locale, saine et durable.

L’agriculture genevoise est aussi un pilier de l’économie locale que le canton défend et soutient à travers des investissements importants. Depuis 2012, des projets d’infrastructures agricoles d’envergure ont bénéficié de subventions et de prêts d’investissement à hauteur d’environ 10 millions de francs, démarches que compte poursuivre le département à travers le dépôt d’une nouvelle loi de soutien à l’investissement, puis du projet de développement régional (PDR 2) qui en découle.

Grâce aux démarches stratégiques et projets structurants qui vont aboutir en 2017, les services de mon département se donne les moyens de réussir les défis auxquels l'agriculture et la nature sont confrontés, en collaboration avec les milieux intéressés.