09.03.2017 / Articles / Le PDC / in puncto, PDC Valais romand, Elections au Conseil d'Etat, Grand conseil

in puncto… Valais

Les élections au Conseil d’Etat valaisan furent un grand succès pour le PDC. Nos trois candidats, Christophe Darbellay, Jacques Melly et Roberto Schmidt ont obtenu les meilleurs résultats, suivis par les deux candidats du PS.

Ce succès ne va pas se soi. C’est le résultat mérité d’un travail de longue haleine de la part des candidats et des partis C en Valais. Mais il est aussi un peu surprenant, au vu de la campagne électorale extrêmement dure et souvent polémique. La tentative de l’UDC de diviser le PDC a clairement échoué. Bien entendu la composition définitive du gouvernement valaisan sera connue après le second tour. Tout le monde le sait et l’engagement de chacun jusqu’au 19 mars sera total. Malgré tout, la population valaisanne a reconnu le bien fondé du PDC à revendiquer la majorité au gouvernement.

Le résultat du candidat UDC est frappant et surprenant, lui qui obtenait le meilleur résultat il y a quatre ans. Sur la base des résultats du premier tour, il ne serait plus conseiller d’Etat. Les Valaisans savent pourquoi. Pour moi, cela est le signe que le représentant de l’UDC n’a pas réussi à quitter son habit de parlementaire pour endosser celui de membre d’un exécutif. Un membre de gouvernement en Suisse doit livrer des résultats concrets, collaborer constructivement avec ses collègues et porter une politique au service du bien-être commun et pas défendre un projet qui sert ses propres intérêts ou ceux de son parti. Lui seul sait, s’il n’a pas pu ou voulu rentrer dans les habits d’un conseiller d’Etat.

Au Grand Conseil, la perte de sièges pour le PDC est douloureuse. Une première analyse permet de mettre en avant deux raisons. Tout d’abord un nouveau système de répartition des sièges qui profite aux petites formations et pénalise les grands partis. Ce nouveau mode d’élection fait suite à une décision du Tribunal fédéral. La perte de deux sièges en est la conséquence directe. Ensuite, l’attribution, pour des raisons démographiques, de quatre sièges du Haut-Valais vers le Bas-Valais. Les Partis C qui sont forts dans le Haut-Valais sont particulièrement touchés par ce changement. Cela fait les six sièges que les partis C ont perdus.

Dans l’ancien système électoral, le pourcentage de voix des partis C serait resté le même. C’est l’aspect réjouissant de ces élections : les partis C valaisans ont obtenu de meilleurs résultats que ceux attendus. Ils ont su très bien mobiliser et surtout ils ont énormément travaillé.

Je vous adresse mes sincères remerciements pour votre engagement et plein succès à nos trois candidats au Conseil d’Etat pour ce deuxième tour !