06.03.2017 Articles Climat & Environnement Stratégie énergétique 2050, approvisionnement énergétique, Agriculture, Energie hydraulique, Artisanat indigène

Stratégie énergétique : Oui à l’énergie indigène

L’approvisionnement énergétique de la Suisse est composé aujourd’hui d’un tiers de combustibles fossiles, ce qui est néfaste en termes de politique climatique et totalement absurde d’un point de vue économique. Une politique énergétique répondant aux défis actuels est nécessaire pour le bien-être de notre pays.

Oui à la sécurité d’approvisionnement

Qui dit non à la stratégie énergétique et exige la construction de nouvelles centrales nucléaires se voile la face. De nouvelles centrales nucléaires ne pourraient être exploitées qu’avec des milliards subventions. L’opposition de la population serait beaucoup trop forte. Je ne souhaite pas accroître inutilement notre dépendance de l’étranger, mais plutôt garantir à l’avenir une sécurité d’approvisionnement maximale.

Oui aux investissements dans l’agriculture

Les mesures d’encouragement veillent au renforcement de l’approvisionnement énergétique par le biais d’investissements en Suisse et non à l’étranger. L’agriculture joue ici un rôle important. Les grandes exploitations agricoles sont particulièrement appropriées pour les installations photovoltaïques et la valorisation de la biomasse (surtout le lisier et le bois) qui profite à l’ensemble de la paysannerie. L’augmentation nécessaire du courant injecté de 0,8 centimes maximums par kilowattheure est supportable, grâce aussi à la baisse ces dernières années des tarifs de l’énergie.  

Oui à l’énergie hydraulique

L’énergie hydraulique est l’épine dorsale de l’approvisionnement énergétique de la Suisse. Les centrales au fil de l’eau fournissent l’importante énergie en ruban et les centrales à accumulation aident au maintien d’une sécurité d’approvisionnement élevée. Pour que cela reste ainsi, les centrales hydrauliques existantes bénéficient sont aussi soutenues. Les investissements dans de plus grandes installations de production modernes relèvent aussi de l’intérêt national. Un non à la stratégie énergétique est également un non à l’énergie hydraulique.

Oui à l’artisanat indigène

Le renforcement du programme Bâtiments, avec la stratégie énergétique, permet aux propriétaires d’accroître la valeur de leurs immeubles et de réduire sur le long terme les coûts énergétiques.  Les artisans locaux en profitent et en particulier les zones rurales.

Les opposants à la stratégie énergétique ne donnent aucune réponse crédible à la question de savoir comment ils entendent garantir la sécurité de l’approvisionnement à l’avenir. Car la construction de nouvelles centrales nucléaires n’est pas une alternative crédible. Je dis clairement OUI à la stratégie énergétique.