13.12.2016 Communiqués Assurances sociales Prévoyance vieillesse, AVS

Le Conseil des Etats veut le concept du PDC

​​​​​​​Lors du débat sur la prévoyance vieillesse de ce matin, le Conseil des Etats a soutenu les caractéristiques principales du concept du PDC : pas d’augmentation automatique de l’âge de la retraite, maintien de la revalorisation de 70 francs des rentes AVS et augmentation du plafond pour les couples mariés.

La réforme de la prévoyance vieillesse 2020 a été débattue pour la deuxième fois au Conseil des Etats ce matin. La chambre haute s’en tient à la conception de la réforme largement élaborée par la délégation PDC au Conseil des Etats. Cela met en exergue le travail important fourni par notre parti pour garantir les rentes des générations futures dans notre pays.

Pas d’âge de la retraite à 67 ans

Le PDC s’est exprimé dès le début très clairement contre un mécanisme d’intervention entraînant une augmentation de l’âge de la retraite à 67 ans. Le Conseil des Etats soutient cette décision et demande de renoncer au mécanisme d’intervention voulu par le Conseil national. Cette augmentation serait, dans l’état actuel des choses, refusée par la population et menacerait fortement un succès de la réforme de la prévoyance vieillesse dans les urnes.

Compenser la diminution des rentes

La réduction du taux de conversion cause une baisse des rentes de 12 %. Cette réduction doit être partiellement compensée, sur la base du modèle du Conseil des Etats et du PDC, par une augmentation des rentes AVS de 70 francs et le relèvement du plafonnement pour les couples mariés de 150 % à 155 %. Eu égard aux moyens engagés, ce modèle produit les plus grands effets. Ceux-ci sont immédiats et prennent particulièrement en compte les revenus modestes et les couples. L’augmentation du plafond de 150 % à 155 % est un premier pas important vers la dépénalisation du mariage dans l’AVS. Le PDC s’engage depuis des années dans ce sens. 

Garantir le financement de l’AVS

Le Conseil des Etats soutient également la proposition PDC de financement de l’AVS par une hausse modérée et échelonnée de 1 % de la TVA. C’est la seule solution capable de réunir une majorité entre l’augmentation de 1.5 % voulue par le Conseil fédéral et celle de 0.6 % souhaitée par le Conseil national. 

Réforme au bord du gouffre

La réforme Prévoyance vieillesse 2020 est l’une des plus importantes réformes de ces dernières décennies pour notre pays. L’avenir de notre système des trois piliers dépend des décisions du Parlement. Contrairement au Conseil des Etats, les décisions prises cet automne par une majorité du Conseil national compromettent gravement l’avenir de cette réforme.

Après les décisions décevantes du Conseil national, le Conseil des Etats a maintenant maintenu le cap et a ainsi fait un pas de plus vers des rentes sûres. Il n’y a pas d’alternative ! La réforme doit être menée de manière à passer l’épreuve du référendum – elle ne peut être ni surchargée, ni inclure que des réductions.

Contact

Auteur

PDC suisse

Text Secrétariat général

E-Mail

Adresse

Hirschengraben 9
Postfach
3001 Bern