22.11.2016 Articles Sécurité in puncto, Securité, Terrorisme, djihadisme

in puncto... Les journalistes et les Juifs

Annonce numéro 1 : le 8 janvier 2015 le journal régional alémanique de la SRF rapportait : « Après l’attentat sanglant contre le journal satirique « Charlie Hebdo » à Paris, les médias suisses réfléchissent aussi à une adaptation de leur dispositif de sécurité. A Zurich, la police municipale surveille désormais les bureaux de la rédaction de la « Weltwoche ». Cette mesure a été prise suite à la publication d’articles « critiques sur le Coran ».

Annonce numéro 2 : le 17 novembre 2016 le Conseil fédéral publie un rapport de mesures contre l’antisémitisme. Il relève que les personnes et les infrastructures juives sont particulièrement exposées au terrorisme djihadiste. Toutefois, le recours à des mesures de sécurité renforcées envers la communauté juive n’est pas envisagé. Le rapport propose, au contraire, la mise sur pied par la communauté juive d’une fondation prenant en charge les frais générés par ses propres mesures de sécurité.

Il est juste que l'Etat protège les journalistes, lorsqu’une menace terroriste pèse sur eux. Nous devons tout faire pour le maintien de la liberté d’expression en Suisse. Il est normal que les journalistes ne doivent pas financer de telles mesures de sécurité.

Il est juste que l'Etat protège les Juifs, lorsqu’une menace terroriste pèse sur eux. Nous devons tout faire pour la garantie de la liberté religieuse en Suisse. Mais il est faux de demander aux Juifs le financement de ces mesures de sécurité.

Est-ce que les journalistes méritent d’être plus protégés que les Juifs ? Ne devrait-on pas protéger de la même manière, sur notre territoire, toute personne visée par le terrorisme, sans que celle-ci ne doive financer elle-même cette protection ? Cela s’appelle l’Etat de droit. Ce qui est déterminant n’est pas l'opinion du journaliste ou la foi individuelle à l’intérieur des règles de l’Etat de droit, mais leur vulnérabilité. Si je devais un jour avoir honte de mon gouvernement, ce serait après la lecture de ce rapport sur les mesures contre l’antisémitisme en Suisse.