15.11.2016 Communiqués Climat & Environnement Initiative pour la sortie du nucléaire, Sortie du nucléaire, Energie nucléaire

Oui au tournant énergétique – Non à l’initiative pour une « sortie précipitée du nucléaire »

Une large alliance de politiciens, de cantons et de secteurs de l’énergie est convaincue que la seule voie à suivre pour une sortie du nucléaire en toute sécurité à l’avenir, est la stratégie énergétique 2050 et non l’initiative « Sortir du nucléaire ». La stratégie énergétique interdit toute nouvelle construction de centrales nucléaires et favorise la production d’énergies renouvelables ainsi que l’efficacité énergétique. Une sortie précipitée, comme exigée par l’initiative, est clairement rejetée par cette large alliance, car elle conduit inéluctablement à l’importation d’électricité produite à partir de charbon, au détriment d’une production indigène et met la stabilité du réseau en péril.

La sortie du nucléaire est décidée. Le 27 novembre prochain, nous ne voterons pas uniquement sur la sortie du nucléaire mais également sur « comment » sortir du nucléaire. Le Conseil fédéral et le Parlement ont approuvé le premier volet de mesures de la stratégie énergétique 2050 : les centrales nucléaires existantes seront arrêtées à la fin de leur cycle d’exploitation et ne seront pas remplacées. La voie privilégiée est une sortie du nucléaire sans une limitation de durée imposée, mais au contraire avec des critères de sécurité. De cette manière, les milieux économiques et les fournisseurs d’énergie pourront se préparer et assurer que l’énergie manquante pourra être remplacée de façon durable, et non par de l’électricité produite à partir de charbon ou de l’énergie nucléaire de l’étranger. Ceci garantit une sortie programmée sans aucune conséquence négative pour le secteur énergétique indigène, pour l’environnement et pour notre sécurité d’approvisionnement. Car l’initiative « Sortir du nucléaire » met également le réseau suisse inutilement sous pression et menace sur le long terme la stabilité du réseau. Les mesures prescrites par la stratégie énergétique garantiront les investissements nécessaires dans le réseau pour garantir sa stabilité. Cela est nécessaire, mais demande du temps.

Il faut empêcher une sortie chaotique

L’adoption de l’initiative implique la fermeture en 2017, déjà, de trois des cinq centrales nucléaires : Beznau I, II et Mühleberg. En seulement 12 mois il faudrait remplacer la consommation annuelle du canton de Zurich et d’ici 2029, environ 40 % des besoins actuels en électricité de la Suisse. Notre pays ne pourra pas compenser, aussi rapidement, cette énergie manquante uniquement par du renouvelable. La conséquence sera une hausse rapide des importations d’électricité produite à partir de charbon d’Allemagne et du nucléaire français – spécialement durant la période hivernale. C’est pourquoi, le 27 novembre c’est un NON au courant sale importé de l’étranger et pas un NON à la sortie du nucléaire.

Les partis du centre PDC et PBD, les directrices et directeurs cantonaux de l’énergie, l’Association des entreprises électriques suisses et l'Association suisse pour les techniques de l'environnement sont persuadés qu’une sortie méthodique du nucléaire passe par un NON dans les urnes ce 27 novembre. La stratégie énergétique 2050 permet une transition énergétique à temps et de manière durable. 

Contact

Auteur

PDC suisse

Text Secrétariat général

E-Mail

Adresse

Hirschengraben 9
Postfach
3001 Bern