03.11.2016 Articles Politique des institutions et droit République de Moldavie, démocratie, Election, conseil de l'europe, Union européenne, Europe

République de Moldavie – Déchirée entre l’est et l’ouest

La République de Moldavie est un petit Etat post-soviétique d'Europe de l'est coincé entre la Roumanie et l’Ukraine qui recherche actuellement son avenir politique. Les citoyens du pays le plus pauvre d’Europe ont pu lundi dernier participer aux élections présidentielles, la première fois depuis 20 ans.

Des élections démocratiques ne sont pas une tâche simple pour ce pays de presque 4 millions d’habitants et une diaspora de plus d’un million de personnes à l’étranger, ni pour ce pays qui depuis l'antiquité est le jouet de forces antagonistes. La Moldavie est actuellement dirigée par un gouvernement pro-européen qui a été impliqué, il y a deux ans, dans un des plus grands scandales de corruption du pays et qui n’est plus véritablement soutenu par la population. Le gouvernement pro-européen avait certes apporté d’importantes relations commerciales avec de nombreux pays de l’Europe de l’ouest mais également des sanctions de la part d’un partenaire commercial important, la Russie.

Le programme est soit « pro-Russie » soit « pro-Europe »

Il n’est donc pas étonnant que les campagnes des neuf candidats et candidates à la présidentielle restants se résume à une joute entre le camp pro-est et le camp pro-ouest. Il est parfaitement vain de rechercher tout programme pour l'amélioration de l’enseignement, la santé et l’infrastructure de transport ou contre l’exil de jeunes personnes ou pour davantage de sécurité pour les investissements d’entreprises. La question centrale est le positionnement entre les fronts pro-Russie ou pro-Europe. C’est une situation comparable à celle connue durant la guerre froide. Il est évident que cette situation initiale est sciemment utilisée par certaines forces. C’est ainsi que les oligarques contrôlent une grande partie des médias et leurs structures opaques et soutiennent à la fois les candidats pro-russes et pro-européens pour garder leur pouvoir. Des flux financiers peu transparents venant de l’est et de l’ouest ont une influence importante sur l'élection et font du pays un jouet.

Le Conseil de l’Europe et l’OSCE surveillent les élections

L’Assemblée parlementaire du Conseil de l’Europe a accompagné ces élections avec l’OSCE en tant qu’observateurs. 3200 observateurs nationaux et 562 observateurs internationaux étaient présents dans les nombreux bureaux de vote répartis dans tout le pays de 7 heures jusqu’après minuit et ont contrôlé plusieurs votes. Toutes les organisations sont unanimes. Les journées d’élection ont été organisées de façon professionnelle et transparente, conformément aux normes internationales. Les élections démocratiques ne peuvent être évaluées le jour de l’élection. Les élections ne sont que véritablement démocratiques que si les conditions cadres pour tous les candidats sont les mêmes. Lorsqu’un tribunal change les règles du jeu peu avant les élections présidentielles de telle sorte que certains candidats ne peuvent plus être élus, que certains candidats abusent des chaînes d’Etat, que les médias ne sont utilisés qu’au profit d’un seul candidat ou lorsque des flux financiers opaques viennent de l’étranger influencer les élections, on ne peut alors pas parler d’un Etat démocratique. Dans son rapport, l’Assemblée parlementaire du Conseil de l’Europe en est venue à cette conclusion et va se pencher sur ces thèmes avec l’Etat moldave. Les Moldaves ne veulent rien d'autre qu’un Etat stable et démocratique, qui leur assure une bonne vie à long terme.

La Moldavie vaut, par ailleurs, vraiment le voyage. Culture et nature réservent de nombreuses surprises intéressantes. Les gens font preuve d’une joie de vivre plus forte malgré la grande pauvreté que des personnes aisées à l'ouest. La cuisine est en grande partie inspirée de la cuisine roumaine mais l’on sent également des influences turques, grecques et russes dans l'assiette. Sans oublier le vin. Les caves à vin valent le détour à elles seules.

Finalement, qui a remporté les élections ? Aucun candidat n’a atteint la majorité absolue au premier tour. La candidate libérale et pro-européenne Maia Sandu a remporté 38,4 pour cent des voix, le socialiste pro-russe 48,2 pour cent. Le deuxième tour aura lieu le 13 novembre 2016. 

La conseillère nationale Elisabeth Schneider-Schneiter a dirigé la délégation d’observation électorale du Conseil de l’Europe et ses 19 membres venant de 14 pays et s’est rendue trois fois en République de Moldavie.

Photos de la Conseillère nationale Elisabeth Schneider-Schneiter en République de Moldavie