27.07.2016 Articles Climat & Environnement économie, économie verte, ressources, environnement, Stratégie énergétique 2050

Non à un diktat vert

Nous votons le 25 septembre 2016 sur l’initiative populaire des Verts « Pour une économie durable et fondée sur une gestion efficiente des ressources (Economie verte) ». L’initiative oblige l’Etat à réduire de plus deux tiers (- 65 %), d’ici à 2050, la consommation de ressources. Le PDC s’engage avec force contre cette initiative qui est un diktat économique et sociétal.

L’initiative contraindrait la Confédération, les cantons et les communes à prendre des mesures, qu’il reste encore à définir, pour atteindre cet objectif radical de réduction de 65 % de l’utilisation des ressources. A nouveau, nous sommes face à un texte d’initiative vague qui dans le cas où il est accepté obligerait tout d’abord le Parlement à définir dans le détail les termes formulés. Les conséquences de cette initiative seraient étendues et entraîneraient un changement structurel radical dans les domaines de l’alimentation, du logement et de la mobilité.

Non à un diktat vert en matière de consommation  

Qu’est-ce que cette initiative signifie pour nous concrètement ? Nous devrions changer en profondeur nos habitudes alimentaires. La consommation de viande ou de denrées alimentaires importées deviendrait plus chère. Le rapport aux matières premières serait bouleversé, la taille du logement se verrait réduite et deviendrait plus onéreux. L’utilisation de combustibles fossiles, comme le pétrole et le gaz, serait une nouvelle fois dramatiquement réduite. Une mobilité plus chère aurait également des effets sur la branche du tourisme. En outre l’initiative occulte que comme une grande partie des biens de consommation sont importés, quelque 60 % des impacts environnementaux causés par la population suisse le sont à l’étranger. Cela réduit non seulement la marge de manœuvre en Suisse, mais les actions possibles deviendraient encore plus radicales. Ce n’est pas la solution. Il faut rejeter une vision de la société dans laquelle les vacances à l’étranger, les produits alimentaires des régions d’outre-mer, les grands appartements et bien plus seraient réservés à une élite.  

Non à un programme de destruction des places de travail

Nous devons aussi nous opposer à l’enterrement, par la porte de derrière, de notre place industrielle déjà affaiblie. La Suisse est déjà dans une situation économique critique. Les entreprises suisses sont à la pointe mondiale en matière de croissance et de développement durable. La Suisse est aussi un élève modèle dans le domaine du recyclage. La Suisse a besoin d’une politique économique écologique et durable, mais pas de programme vert de destruction des places de travail. Nous sommes sur la bonne voie avec la Stratégie énergétique 2050. Le PDC la soutient et combat avec force cette initiative qui met en jeu nos acquis économiques et sociétaux ! Notre société doit aussi prendre ses responsabilités. La politique peut réguler et contrôler, mais pas mettre sous tutelle. Le 25 septembre, il s’agit de dire un non ferme au carcan vert.