03.06.2016 Articles Économie durable Bedingungsloses Grundeinkommen, Arbeitsmarkt

Non au revenu de base inconditionnel

C’est révolutionnaire, ce que les initiateurs veulent obtenir avec cette initiative. Ils exigent une rente d’État à vie. Toute personne âgée de plus de 18 ans et domiciliée en Suisse doit toucher 2500 francs.

L’initiative veut assurer un revenu de base inconditionnel. «Inconditionnel» veut dire que ces fonds doivent être versés à chacun sans obligations envers la communauté, envers l’État. Il n’y a pas d’obligation de travailler, pas d’obligation de formation, on reçoit l’argent quoi qu’il en soit.

Peu d’État, beaucoup de responsabilité individuelle

Ma réflexion politique était jusqu’à présent toujours empreinte de responsabilité individuelle: le moins d’État possible, le plus possible de responsabilité individuelle. Le travail donne un sens à ma vie depuis toujours. Avec cette initiative, les initiateurs veulent libérer la Suisse d’un travail apparemment laborieux. Heureux celui qui n’a pas besoin de travailler, qui peut s’épanouir, mais qui ne doit rien faire du tout. L’État doit faire en sorte que chacun reçoive le revenu de base. Je me demande: mais qui verse donc ce revenu inconditionnel?

La compétitivité et la productivité en souffriraient

Certaines personnes abuseraient de la situation et ne fourniraient plus que le travail strictement nécessaire. Elles éviteraient les formations et préféreraient traîner. La performance et la productivité vont baisser. La compétitivité de la Suisse va en pâtir. Les conséquences de l’initiative sont dangereuses et menaceraient notre État-providence. L’initiative créerait un droit au revenu que l’État ne pourrait financer qu’avec des impôts supplémentaires. Pour le financement, il faudrait vraisemblablement notamment augmenter la taxe à la valeur ajoutée. Mais cet impôt sur la consommation est extrêmement antisocial. J’affirme que cette initiative serait une menace pour notre État social. Notre système éprouvé serait sacrifié au nom d’une machine de la répartition. L’initiative nous ruinerait financièrement et économiquement.