15.03.2016 Communiqués Service public & transports fonds pour les routes nationales et le trafic d’agglomération FORTA

Pour un financement durable du réseau routier

En 2014, le PDC s’est engagé avec succès en faveur de l’adoption du projet FAIF. La création d’un fonds routier similaire au fonds d’infrastructure est indispensable aux yeux du parti. Ce fonds permettra d’assurer le financement d’un réseau routier durable et compétitif. Aujourd’hui, le Conseil des Etats a adopté le projet de création d’un Fonds pour les routes nationales et le trafic d’agglomération (FORTA).

La croissance démographique et l’augmentation de la mobilité engendrent des goulets d’étranglement critiques et des surcharges de l’infrastructure de transport qui constituent des défis à relever. A l’avenir, autant le rail que la route auront besoin de moyens financiers additionnels. L’adoption du projet FAIF prend en compte les besoins financiers de l’infrastructure ferroviaire. De même, le Fonds pour les routes nationales et le trafic d’agglomération (FORTA) doit permettre de remédier aux manquements structurels du réseau des routes nationales et d’en assurer le financement. Ce fonds doit être ancré dans la Constitution et illimité dans le temps.

Intégration de l’arrêté sur le réseau et des contributions aux routes principales dans les régions de montagne et périphériques

Le PDC soutient l’intégration de l’arrêté sur le réseau de 2012 dans le FORTA. Cela permettra l’intégration de 400 kilomètres de routes principales dans le réseau des routes nationales, ce qui est essentiel pour la population et l’économie des régions concernées. Nous saluons également l’intégration des contributions pour le maintien de la qualité des routes principales dans les régions de montagne et les régions périphériques dans le FORTA. Ces régions restent dépendantes du soutien provenant du fonds d’infrastructure pour leur desserte ainsi que pour garantir le bon fonctionnement de leurs activités économique.

NON à l’initiative « Vache à lait »

Il est essentiel pour l’avenir de la mobilité suisse d’élaborer un financement cohérent et transparent de la circulation routière. C’est pourquoi, le PDC rejette fermement l’initiative « vache à lait ». En traitant de manière inégale les usagers des transports publics et les automobilistes, l’initiative a un impact négatif sur la politique coordonnée des transports, sans compter qu’elle n’est pas finançable : « Si l’on en croit le message du Conseil fédéral, l’initiative engendrerait des mesures d’économies à hauteur de 1,5 milliard de francs, entre autres dans des domaines politiques sensibles tels que l’agriculture, l’armée, la formation et la recherche, et ce en centaines de millions dans chacun des domaines » souligne le conseiller aux Etats lucernois Konrad Graber (LU) pour rappeler l’importance d’un rejet de l’initiative « Vache à lait ».

Contact

  • Konrad Graber
    Lucerne (LU) lu

    Person Functions Ancien Conseiller aux États

Auteur

PDC suisse

Text Secrétariat général

E-Mail

Adresse

Hirschengraben 9
Postfach
3001 Bern