13.01.2016 Articles Formation et recherche

Allons chercher les jeunes !

Recruter des moniteurs bénévoles est au cœur des préoccupations des associations sportives et des organisations de jeunesse. Il n’est pas rare d’entendre que trop peu de jeunes s’engagent dans le bénévolat ou que personne ne veuille prendre la relève d’un poste de moniteur. Afin que la relève soit toujours assurée, les spécialistes recommandent d’intégrer tôt les jeunes dans l’activité de l’association. Les associations qui confient des postes d’aides-moniteurs à des personnes particulièrement jeunes et qui les envoient plus tard suivre une formation de moniteurs rencontrent moins de difficultés que celles qui ne les évaluent et les forment qu’à partir de 18 ans.

L’office du sport de Zurich a pris conscience de cet état de fait et tente de remédier à la pénurie de moniteurs et d’entraîneurs. Un projet pilote a été lancé dans ce sens. Il s’agit d’initier des jeunes de 14 à 18 ans à devenir moniteurs et à devenir co-responsables au sein de leur association sportive. Le projet s’intitule 1418coach et constitue une extension de la formation actuelle J+S, qui jusqu’alors ne pouvait être suivie qu’à partir de 18 ans. Le projet pilote a été lancé en collaboration avec l’association de football de la région de Zurich, l’association zurichoise de gymnastique et la fédération suisse de course d’orientation.

La responsabilité va de pair avec l’expérience

Les 14-18 ans reçoivent une initiation à devenir moniteur, dans le cadre d’un week-end de formation, afin que les jeunes puissent exercer les fonctions d’aide-moniteur au sein des associations. Dans la pratique, un moniteur J+S expérimenté leur prête main-forte, à titre de parrain ou de marraine. Les jeunes sont intégrés à l’équipe de moniteurs et assument davantage de responsabilités au fur et à mesure qu’ils acquièrent de l’expérience.

Les expériences faites avec ce projet-pilote sont encourageantes et les cours ont beaucoup de succès. Dans mon postulat, j’intime le Conseil fédéral d’examiner si, sur la base de cette expérience, une formation des aide-moniteurs J+S se justifie et dans quelle mesure la Confédération pourrait y participer financièrement. Je suis d’avis qu’il s’agit là d’une opportunité pour aller chercher la jeune génération et d’en faire des personnes capables d’assumer des responsabilités.