09.09.2015 Articles Sécurité Sicherheit, Armeereform, Finanzierung

Ne détruisons pas la réforme de l’armée avant son adoption !

Il n’est vraiment pas utile de larguer des bombes sur la politique de sécurité. Et pourtant, c’est ce que nous faisons si nous détruisons la réforme de l’armée avant même qu’elle ne soit adoptée.

Le sujet de l’armée a été traité durant toute la législature. Le rapport sur la politique de sécurité a ouvert le débat et le rapport sur l’armée a délimité le terrain. Nous en sommes à la mise en œuvre et nous parvenons à peine à poser les fondations.

Le PDC défend une réduction des effectifs de l’armée à 100 000 hommes. Nous voulons une armée bien formée et motivée. L’armée doit être capable de s’adapter aux menaces actuelles, c’est pourquoi nous soutenons les nouveaux modèles de formations inhérentes à la réforme de l’armée. Il s’agit là d’une panification de base, nécessaire avant toute construction.

Un financement solide est nécessaire

Pour mener à bien un projet de construction, il faut en avoir les moyens. Nous soutenons donc les 5 milliards de francs, nécessaires à un bon équipement, mais également à garantir l’entretien futur. Nous ne voulons toutefois pas ancrer ce montant dans la loi, mais nous attendons un arrêté fédéral qui est applicable et qui met en évidence le budget dont le DDPS a réellement besoin pour les années à venir. Les crédits résiduels sont certes intéressants pour les caisses fédérales, mais ne constituent pas une solution pour notre armée. En d’autres termes, nous attendons un projet de financement réaliste. Là aussi, il est impératif de disposer d’une planification sérieuse. 

Une mauvaise base pour la sécurité de la Suisse

Nous avions longtemps l’impression de disposer d’une base pour la réforme de l’armée. Durant la dernière session, nous avons dû nous rendre à l’évidence : une alliance contre nature a remis en question beaucoup de choses. Des fondations aussi branlantes ne constituent pas une bonne base pour la sécurité de la Suisse. 

Nous continuons à exiger une surveillance 24 heures sur 24 par les forces aériennes – ou du moins un service de permanence. Le masterplan pour les forces aériennes, exigé en commission par le PDC, doit mettre en évidence l’avenir des forces aériennes. 

Bien équipé contre les nouvelles menaces

Les nouvelles menaces, telles que le terrorisme et les cyber-attaques, ne peuvent être arrêtées à la frontière de notre pays en y érigeant un mur. Nous devons être équipés pour nous défendre. Les instruments et le matériel nécessaire ainsi qu’une bonne formation doivent pouvoir être fournis par l’armée. 

Nous les membres de notre groupe parlementaire, nous nous engageons pour une sécurité solidement bâtie. Il n’y a aucun besoin de luxe, mais outre la planification il faut une charpente robuste et des murs solides.