12.02.2015 Articles Le PDC Initiative, familles, allocations

Défiscaliser les allocations profite également aux entreprises!

L’initiative pour la défiscalisation des allocations familiales allège la charge fiscale des familles en renforçant leur pouvoir d’achat et en leur permettant de pleinement bénéficier du montant des allocations. Les entreprises ont elles aussi tout lieu d’être en faveur de cet allégement. Il valorise en effet la contribution des employeurs en matière de politique familiale.

Les allocations familiales sont versées essentiellement par les personnes morales, donc par les entreprises. Le total annuel suisse avoisine les 5 milliards de francs. Ces montants sont régulièrement augmentés à l’échelon cantonal, au bénéfice des familles. A chaque fois, les entreprises sont ponctionnées de sommes importantes. A Fribourg par exemple, la dernière hausse de 15 francs sur tous les types d’allocations a coûté environ 10 millions. Elle a été introduite en 2013 et tout le monde s’est félicité de cet effort pour les familles réalisé par les entreprises.

La défiscalisation des allocations familiales permet précisément une augmentation des allocations versées sans pénaliser les entreprises, puisque l’Etat, qui prend son dû au passage (environ 1 milliard au niveau suisse), y renoncerait. De ce fait, on soulage les entreprises d’une augmentation des allocations, tout en améliorant la situation des familles bénéficiaires d’allocations, qui seraient plus importantes. Pour les familles suisses, l’allégement serait d’un milliard, pour Fribourg de quelque 15 millions de francs. Bref, la défiscalisation est non seulement favorable aux familles, mais aussi aux entreprises, grandes et petites, qui n’auraient pas à augmenter leur cotisation tout en voyant les allocations augmenter le pouvoir d’achat des familles.

La défiscalisation ne risque pas non plus de devenir une sorte de faille dans le système des assurances sociales. En effet, le versement des allocations dépend de la situation familiale, et bien entendu de la présence d’enfants. Imaginer que l’on puisse baisser les salaires et en contrepartie augmenter les allocations familiales pour profiter de manière accrue de la défiscalisation est un non-sens. Ni l’employeur ni l’employé n’y gagneraient ; sans compter que cela contrevient au principe légal de l’égalité de salaire.

Tout ceci nous démontre que la défiscalisation des allocations familiales bénéficie aussi aux entreprises. Votons OUI le 8 mars prochain à l’initiative pour les familles !