20.02.2009 Communiqués Économie durable

Crise financiére : le Conseil fédéral doit assumer la responsabilité et prendre le leadership

Lors de sa séance, le Groupe PDC-PEV-PVL s'est penché sur les événements de ces derniers jours entourant l'UBS.  Il convient maintenant de corriger les erreurs, d'assumer la responsabilité et le leadership dans ce dossier. C'est l'ensemble du Conseil fédéral qui est concerné car il ne peut pas simplement déléguer sa responsabilité à la FINMA. Nous avons besoin d'une place financière forte et croyons en son avenir.

Le Conseil fédéral se doit de développer et de concrétiser une stratégie claire pour la place financière suisse et en ce qui concerne le dossier de la fiscalité. La pression politique exercée sur notre pays va s'accroître. Il appartient maintenant au Conseil fédéral d'élaborer, avec le concours d'une « taskforce », une stratégie claire sur les questions financières et fiscales, de l'expliquer sur la scène internationale et de la concrétiser. Les fraudeurs ne bénéficient d'aucune protection en Suisse, à l'avenir aussi. D'autre part, la garantie de procédures relevant d'un Etat de droit doit également être valable, à l'avenir aussi, pour le secteur financier.   Le Groupe déposera durant la session de mars des interventions et demandera notamment au Conseil fédéral de développer une stratégie avec des délais clairs pour sa concrétisation. Ses décisions doivent prendre en compte :     

  • l'importance économique de la place économique suisse, 
  • l'importance du secret bancaire pour l'attrait de la place financière suisse,
  • les possibilités d'action de l'UBS en tant qu'entreprise et les diverses options à envisager ainsi que leurs conséquences pour la Suisse.

Cette action doit être tournée vers l'avenir. Il ne s'agit pas de clouer au pilori des individus. Différents acteurs ont commis des erreurs dans ce dossier. Il est indispensable que chacun fasse ses devoirs et que nous nous préparions ensemble l'avenir.